CREATION? EVOLUTION? OR BOTH!

(English Version)

A hotly debated issue among scientists and educationalists: How should they explain the origin of the natural world? Did it come into being by Divine intervention or natural processes? Nowadays, in the name of advanced scientific knowledge, we easily discount the role of a Creator as a kind of throwback to primitive superstition.

But what do we learn from advanced scientific knowledge?

DNA genetics: Our body cells contain coded information, directing how our bodies grow and develop. Now, whenever we encounter information, it would be foolish to think that it got there by itself… especially by a random process. Anything that conveys information – whether it be this morning’s newspaper, ancient hieroglyphics, a textbook, or the code in a software program – requires the material medium, of course, but can only be arranged into something that makes sense if there is an intelligent author behind it. And likewise, the coded information in our body’s cells reveals that there had to be an Intelligent Author (aka God) who structured it.

It puzzles me that we so often invoke “science” to disprove God’s role in Creation when “science” so easily proves just the opposite – that God had to have a hand in the formation of the natural world.

But then, we may ask, what about missing-link fossils? Don’t they prove our descent from apes rather than a divine creation of human beings? Much misunderstanding surrounds this subject… due to the widely held assumption that we humans have evolved from a primitive stage (what we might call macro-evolution). Understandably, with such a deeply engrained, preconceived notion to contend with, scientists find it difficult to interpret their evidence from any other point of view.

So what about the fossil evidence? In one case (Java Man), human and ape bones, being found close together, were assumed to be part of the same skeleton until scientific investigation showed otherwise. In another case, Piltdown Man appeared in textbooks for 40 years as a human ancestor until modern science finally got to work in the 1950’s and exposed it as a hoax. In more recent times australopithecine fossils were thought to be our ancestors. After the initial excitement died down, scientists examined the bones, using updated computer analysis techniques. The conclusion? Although slightly different from modern apes, these were still apes – extinct yes, but unrelated to human beings. 

Charles Oxnard (PhD, DSc), expert in anatomy who conducted the tests, had this to say,

“All of this should make us wonder about the usual presentation of human evolution in introductory textbooks, in encyclopedias and in popular publications.” (The Order of Man: A Biomathematical Anatomy of the Primates, pg.332.)

Although it overturns the commonly accepted belief system of our day, we cannot close our minds to where “science” is pointing – that we humans have a divine origin and are not descended from apes. (See James Perloff’s essay “Time Magazine’s New Ape Man for more information.)

At this point it should be acknowledged that a certain amount of evolution does happen. This natural process does operate and is better known as micro-evolution. It allows for variation and adaptability – what Darwin called diversification of species – yet without disturbing the basic order of the natural world; that is, without changing the basic gene structure of us humans and the various classes of plants and animals.

Another example of how this order in nature works is the barrier of sterility between unrelated classes of animals. How confusing the natural world would become if, for example, your pet cat and dog could mate and produce a cat-dog!.

Regarding the issue of macro-evolution, Darwin himself admitted,

“As by this theory, innumerable transitional forms must have existed. Why do we not find them embedded in the crust of the earth? Why is not all nature in confusion instead of being, as we see them, well defined species?” (Origin of Species, chapter 6)

The great emphasis nowadays on macro-evolution theory (e.g. ape changing its complex genetic machinery to evolve into human form) lacks scientific basis; advanced science (in DNA genetics) and simple observation of the natural world offer plenty of confirmation. Unfortunately, the theory has already had its subtle, damaging influence on mankind’s philosophical orientation. (This became shockingly evident during the 20th century in Adolph Hitler’s genocide campaigns, the philosophical underpinnings of which were rooted in macro-evolution theory.)

Because this theory of origins tends to minimize the role of the Creator in the formation of the natural world, it easily leads to conclusions in the minds of impressionable young people that their lives have no meaning or accountability (since God seems so far away). If we believe that we are descended from animals, and that the Creator has very little to do with us (or doesn’t even exist), then who needs to worry about right or wrong? Everything is just a struggle for survival-of-the fittest anyway, so go ahead and fend for yourself. As mentioned, macro-evolutionary thinking was the basis for Nazi philosophy and their belief in a superior race; it rationalized the cruel policy of eliminating other competing races in the climb towards evolutionary supremacy.

But if the upcoming generation learns to appreciate the Creator’s role, then we provide them with a solid background from which their future ethical development can mature in a positive direction – with a greater sense of responsibility to their Creator and to the welfare of others, as well as the reassurance of His existence and concern for them.

To conclude, it is difficult to understand what all the fuss is about – why the teaching of Intelligent Design/Creationism is viewed as some kind of sinister deviation from truth. Rather, we should be happy to bring it to light in our educational institutions since it offers the new generation sound ethical and scientific principles.

Educationalists are justifiably concerned about non-rational viewpoints in science teaching. In the process, however, “the baby often gets thrown out with the bathwater.” Throw out superstition, yes, but keep a proper understanding of the Creator’s role in the formation of the natural world – not just for ethical considerations, but also, because such understanding is genuinely scientific.

***

(La Version Française)

Création ? Evolution ? Ou les deux ?

Une question très controversée parmi les scientifiques et les pédagogues: comment devraient-ils expliquer l’origine du monde naturel : est-il entré en vigueur par l’intervention Divine ou des processus naturels? Aujourd’hui, au nom de la connaissance scientifique avancée, on a tendance à écarter le rôle d’un Créateur, vu que comme une sorte de retour à la superstition primitive.

Mais qu’apprenons-nous de connaissances scientifiques avancées?

Génétique de l’ADN : cellules de notre corps contiennent des informations codées, mise en scène comment nos corps grandissent et se développent. Actuellement, chaque fois que nous rencontrons des informations, il serait insensé de penser qu’il y êtes arrivé par lui-même… surtout par un processus fait au hasard. Tout ce qui transmet l’information – que ce soit le journal de ce matin, hiéroglyphes, un cahier de texte, ou le code dans un logiciel – nécessite le support matériel, bien sûr, mais peut uniquement être organisé en quelque chose qui fait sens, s’il y a un auteur intelligent derrière elle. Et de même, l’information codée dans les cellules de notre corps révèle qu’il devait y avoir un Auteur Intelligent (alias Dieu) qui elle structurée. Il m’intrigue que nous invoquons si souvent «science» pour réfuter le rôle de Dieu dans la création lorsque «science» si facilement prouve exactement le contraire – que Dieu devait avoir une main dans la formation du monde naturel.

Mais alors, nous pouvons demander, qu’en est-il des fossiles de lien manquant? Ne prouvent-ils pas notre descente de singes, et non une création divine d’êtres humains? Beaucoup de malentendus entoure ce sujet… à cause de l’hypothèse largement répandue que nous les humains avons évolué à partir d’un stade primitif (ce que nous pourrions appeler la macro-évolution). Tout naturellement, avec cette notion préconçue, profondément ancrée à affronter, scientifiques ont trouvé difficile d’interpréter leur preuve de tout autre point de vue.

Alors qu’en est-il des preuves fossiles? Dans un cas (Homme de Java), humain et des os de singe, se trouve rapprochées, étaient considérées comme partie du squelette même jusqu’à ce que les études scientifiques ont montré dans le cas contraire. Dans une autre affaire, Homme de Piltdown est apparu dans les manuels scolaires depuis 40 ans comme un ancêtre humain jusqu’à ce que la science moderne a finalement obtenu de travailler dans les années 1950 et il exposé comme un canular. Dans une époque plus récente australopithèque fossiles étaient censés être nos ancêtres. Après l’excitation initiale apaisée, scientifiques examinées les os, à l’aide de techniques d’analyse des mises à jour informatiques. La conclusion? Bien que légèrement différente des singes modernes, ceux-ci n’étaient encore singes – éteints oui, mais sans rapport avec les êtres humains.

Charles Oxnard (PhD, DSc), expert en anatomie qui a effectué les essais, avait ceci à dire,

Tout cela doit nous faire s’interroger sur la présentation habituelle de l’évolution humaine dans les manuels d’introduction, dans les encyclopédies et dans des publications populaires. (The Order of Man: A Biomathematical Anatomy of the Primates, pg.332)

Bien qu’elle renverse du point de vue couramment acceptée de nos jours, nous ne pouvons pas fermer nos esprits vers où pointe la «science» – que nous les humains ont une origine divine et ne descendent pas des singes. (Voir l’essai de James Perloff «Time Magazine’s New Ape Man» pour plus d’informations).

À ce stade il convient de reconnaître qu’une certain montant d’évolution arrive. Ce processus naturel fonctionne et est mieux connu comme micro-evolution. Il permet la variation et l’adaptabilité – ce que Darwin appelé diversification des espèces – mais sans déranger l’ordre fondamental du monde naturel ; autrement dit, sans modifier la structure de la base génétique de nous les humains et les différentes classes de plantes et d’animaux.

Un autre exemple du fonctionne de cet ordre dans la nature est la barrière de la stérilité entre classes différentes d’animaux. Comment déroutant du monde naturel allait devenir si, par exemple, votre chat et votre chien pourraient s’accouplent et produisent un chat-chien!

Concernant la question de la macro-évolution, Darwin lui-même admis,

Comme par cette théorie, innombrables formes transitoires doivent avoir existé. Pourquoi ne trouvons-nous pas eux intégrés dans la croûte de la terre? Pourquoi n’est pas toute la nature dans la confusion au lieu d’être, comme nous le voyons, définie bien espèces ? (L’Origine des Espèces, chapitre 6)

La grande importance aujourd’hui sur la théorie de macro-évolution (p.ex. singe changer ses mécanismes génétiques complexes à évoluer vers la forme humaine) n’a pas de fondement scientifique ; science avancée (en génétique de l’ADN) et la simple observation du monde naturel offrent beaucoup de confirmation. Malheureusement, la théorie a déjà eu son influence subtil, dommageable sur l’orientation philosophique de l’humanité. (Cela est devenu terriblement évident au cours du XXe siècle dans les campagnes de génocide de Adolph Hitler, les fondements philosophiques qui étaient enracinées dans la théorie de macro-évolution.)

Parce que cette théorie des origines a tendance à minimiser le rôle du Créateur dans la formation du monde naturel, il mène facilement à conclusions dans l’esprit des jeunes impressionable que leurs vies n’ont aucun sens ou responsabilisation (puisque Dieu semble si loin). Si nous pensons que nous sommes les descendants des animaux, et que le Créateur n’a pas grand-chose à voir avec nous (ou n’existe pas encore), puis qui a besoin de s’inquiéter à bon ou mal? Tout est seulement une lutte pour la survie du plus apte de toute façon, alors allez-y et se débrouiller par vous-même. Comme indiqué, la pensée évolutionniste-macro était le fondement de la philosophie nazie et leur croyance en une race supérieure; il rationalise la politique cruelle visant à éliminer les autres races concurrentes dans la montée vers la suprématie évolutionnaire.

Mais si la génération à venir peut apprendre à apprécier le rôle du Créateur, puis nous leur fournissons avec un arrière-plan solide, d’où leur développement éthique peut mûrir dans une direction positive – avec un grand sens des responsabilités à leur créateur et au bien-être des autres, ainsi que le réconfort de son existence et de préoccupation pour eux.

Pour conclure, qu’il est difficile de comprendre ce que toute cette agitation est sujet – pourquoi l’enseignement de Design Intelligent/Créationnisme est considéré comme une sorte de sinistre déviation par rapport à la vérité. Au contraire, nous devrions être heureux pour l’amener à la lumière dans nos établissements d’enseignement puisqu’il offre des générations à venir des sains principes éthiques et scientifiques.

Pédagogues sont légitimement préoccupés par des points de vue non rationnels dans l’enseignement des sciences. Dans le processus, cependant, “le bébé souvent obtient jeté avec l’eau du bain.” Jeter par superstition, oui, mais garder une bonne compréhension du rôle du Créateur dans la formation du monde naturel – non seulement pour des considérations éthiques, mais aussi, parce qu’une telle compréhension n’est véritablement scientifique.

 

Speak Your Mind

*

© Copyright 2014 Endtime Upgrade · All Rights Reserved · Powered by Studio99 Network UK · Admin